Auteur Sujet: Débat sur Michael Jackson le danseur  (Lu 5500 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne burncool

  • Essential
  • ******
  • Messages: 7914
    • Voir le profil
Débat sur Michael Jackson le danseur
« le: 22 juin 2014, 22:40:37 »
A l'occasion des 5 ans de la mort du King Of Pop Eve Beauvallet, la célèbre journaliste des inrocks a recueilli dans un long article les impressions des plus grands chorégraphes Français et Universitaires sur l'influence de "Michael Jackson le danseur".



Alors que pullulent encore à l'échelle planétaire cours, tutos et jeux vidéo prétendant vous apprendre à danser comme Michael Jackson, alors qu'il n'est pas un individu qui n'ait déjà ruiné son capital sexuel en tentant publiquement une imitation des zombies de Thriller, nous continuons à méconnaître l'apport réel du King of Pop dans le champ chorégraphique.


Les études sur la musique de Michael Jackson sont nombreuses, mais celles liées à la danse restent quasi inexistantes. Pourtant, du classique au hip-hop en passant par le contemporain, il n'est pas un chorégraphe actuel qui se risquerait à dire qu'«on a un peu surnoté ses chorés».





La fascination est unanime, nous confirme Christopher Gaspar, danseur hors-pair qui se scotche le nez et se transforme en Toon sur scène depuis vingt-six ans pour assurer la fonction de sosie officiel de Michael Jackson en France:


«Michael a bouleversé les codes de la chorégraphie en vigueur et a montré la voie aux futures générations.»



Inégalable, en somme. C'est que, au-delà de la prouesse technique, Jackson a su incarner et anticiper, à travers son rapport au corps, quelques-unes des grandes problématiques de la fin de siècle, qu'il s'agisse du fantasme post-humain, du métissage, de la déconstruction du genre ou de l'hybridation entre technologie et sauvagerie. Mise au point.



Michael Jackson a ingurgité les influences les plus bariolées et a tout recraché à sa façon. Eh oui, même le «moonwalk» ne vient pas de lui.


Décevant? «C'était justement ça, la grande nouveauté!», réagit Christopher Gaspar.


«Michael n'a jamais caché ses influences et heureusement! C'est un sampler génial. Le premier, sans doute, à avoir poussé l'art du mix chorégraphique aussi loin. Son apport principal est d'avoir su emprunter, compiler et incorporer à sa façon du vocabulaire et des motifs chorégraphiques issus d'un patrimoine très large.» 






Cathy Grouet, chargée d'enseignement à l'université Paris VIII, rappelle que cela s'inscrit aussi dans la tradition afro-américaine:


«La culture afro, qu'il s'agisse de la musique ou de la danse, repose sur l'idée de collectif, de partage de la tradition, de circulation des techniques et des influences. Absolument pas sur la notion d'"auteur".»

Parmi mes mille et unes influences, les analystes retiennent particulièrement celle de Fred Astaire, qui a un jour appelé Michael Jackson, qui le considérait comme un maître. Le biographe Taraborrelli rapportait ainsi les propos d'Astaire:


«Vous êtes un danseur d'enfer, lui dit-il. Vous bougez magnifiquement. Vous les avez tous mis sur le cul la nuit dernière. Vous êtes un danseur en colère.»

De ce boss des jeux de jambes, Michael Jackson retiendra entre autres une façon radicale de filmer la danse: plus de plans séquences, moins de cuts (la leçon sera plus tard retenue par Beyoncé dans son clip Single Ladies).






Un nouveau corps masculin

Au-delà du name-dropping, cet art de l'hybridation intéresse Cathy Grouet en ce qu'il popularise un certain nombre de danses afro-américaines encore tout à fait confidentielles au début des années 1980.


«Les grands danseurs hollywoodiens auxquels il se réfère sont connus, bien sûr, mais absolument pas les tapdancers afro comme les Nicholas Brothers, à qui Jackson doit beaucoup.»



C'est cette perspective qui a également passionnée Raphaëlle Delaunay, ancienne ballerine qui avait claqué la porte de l'Opéra de Paris pour rejoindre les plateaux de Pina Bausch et Alain Platel. En 2011, cette chorégraphe contemporaine nourries par les «danses noires» avait créé Eikon, une sorte de portrait chorégraphique complètement tripé de Michael Jackson où on la voyait incarner le King sur pointes classiques.


«Pour moi, c'est l'icône de la créolité, celui qui réunit toutes les influences qui m'ont construites, du classique (parce que l'empreinte du ballet classique est très forte chez lui), au boogie woogie ou au swing. Pourtant, quand j'ai annoncé aux programmateurs que je voulais travailler sur lui, on m'a fait sentir que ce n'était pas un sujet "légitime"! Heureusement, depuis quelques années, la danse contemporaine se croise plus facilement avec les cultures pop.»

Elle souligne aussi la sexualisation particulière du corps masculin qu'il a amené à l'époque:


«C'est très étrange... Il a des mouvements très sexués mais jamais érotiques.»





Cathy Grouet la rejoint:


«Il a exacerbé un phénomène occidental qu'on avait déjà observé avec Joséphine Baker, c'est la fascination pour la puissance charnelle d'un autre type de corps: un corps jazz, fondé véritablement sur l'exposition de la chair alors que la culture chorégraphique occidentale magnifie l'esprit. La tradition du ballet académique a tenté de refouler le côté charnel, organique, pulsionnel du corps. Jackson, tout à coup, en a fait une poétique.»

L'alternative à Fame

De quoi créer du raffut dans la bonbonnière de sourires ultra-bright et de fuseaux en lycra des années 1980. On ne savourera pas la réalité de la révolution Jackson sans rappeler l'ampleur du désastre esthétique qui régnait sur les plateaux télévisés des années 1970-1980.

Christopher Gaspar:


«Pensez, rien qu'en France, aux plateaux de Maritie et Gilbert Carpentier: c'était le règne de la danse jazzy, hyper policée et hyper scolaire genre Fame, avec des figures académiques (grands battements, déboulés).»

Cathy Grouet:


«Disons que la danse jazz, très commerciale, que l'on voyait dans les clips, dans les comédies musicales ou à la télé était déjà une forme policée et "savante" du jazz. C'était une danse très codée, qui passait par un apprentissage rationalisé. Jackson, lui, s'inscrit dans la tradition des danses vernaculaires, sociales, populaires, que l'on n'apprend pas dans les institutions mais en copiant les autres dans la rue.»

Pour la première fois, alors, une nouvelle population de danseurs lorgne du côté de l'entertainment.









Mourad Merzouki, chorégraphe de danse hip-hop aujourd'hui directeur du Centre Chorégraphique National de Créteil se souvient:


«Nous, dans les années 1980, on regardait l'émission H.I.P H.O.P de Sidney évidemment, mais il faut se rappeler qu'il y avait peu de danse à la télé, en tout cas peu qui nous inspirait en tant que jeunes danseurs hip-hop.»

Alors, forcément, quand ils découvrent ces chorés gavées de pointing, tap-dance, popping, bref gavées des influences les plus «street» (à l'époque les incontournables Poppin'Taco ou les Rock Steady Crew que Jackson a pompés), la fascination est unanime:


«Ce qui nous surprenait le plus, c'était la chorégraphie des ensembles parce que le hip-hop naissant d'avait encore ni dramaturgie, ni écriture collective. D'un seul coup, on nous montrait des chorégraphies inspirées de la rue construites avec une minutie extrême! Personne ne nous avait encore appris à avoir le souci du détail. Il impose une maitrise totale de tous les éléments du spectacle, un peu comme Charlie Chaplin. En cela, c'est resté une référence absolue pour les jeunes breakers, encore aujourd'hui.»

Le style chorégraphique de Michael Jackson –mélange savant de staccati nerveux et de rondeurs veloutées– échappe à tout genre labellisé. Ni «modern jazz», ni «funk» ou «hip-hop». Pour le décrire, on ne peut non plus se focaliser excessivement sur les steps (le «lean», le «airwalk» ou le «turnwalk»)... «Non, ce qu'il invente vraiment, ce qu'il apporte à la danse, c'est le "groove"», tranche Christopher Gaspar.


«Le groove, en danse, c'est une certaine approche de la musicalité. Michael donne une image au son. Il invente une traduction visuelle de tous les éléments musicaux. Et c'est quasiment le seul à le faire, dans la variété. D'ailleurs, les danseuses des générations d'après type Britney (mais c'était aussi le cas de Madonna) construisent leurs chorégraphies sur des comptes. Michael construit sa danse sur des volumes qui ne sont pas pris en considération dans les comptes classiques, comme dans la musique jazz. Il plonge dans l'épaisseur du son, c'est complètement différent.»



Le groove donc, une sorte de cadeau des cieux dont beaucoup d'entre nous pensent être dotés, en soirée, après absorption de quelques fûts de Côte du Ventoux, mais dont Jackson reste à ce jour le maître indétrôné.










Source : Slate.fr

Hors ligne Yona

  • Bad
  • ***
  • Messages: 297
    • Voir le profil
Re : Débat sur Michael Jackson le danseur
« Réponse #1 le: 23 juin 2014, 07:00:38 »

Merci beaucoup pour le partage de cet article ! Il est apparu dans le dernier mag ?

Je suis sûr qu'avec encore plus de recherches, le sujet pourrait être approfondie.


"You gotta know that's for all time..."

Hors ligne 2Bad

  • Essential
  • ******
  • Messages: 6815
    • Voir le profil
Re : Débat sur Michael Jackson le danseur
« Réponse #2 le: 23 juin 2014, 09:40:09 »
Et oui, Michael c'est aussi un danseur....  :bisou: Personne à ce jour ne peut lui être comparé. Intéressant ces témoignages. J'ai particulièrement retenu :


Fred Astaire : "Vous êtes un danseur d'enfer, lui dit-il. Vous bougez magnifiquement. Vous les avez tous mis sur le cul la nuit dernière. Vous êtes un danseur en colère."
...
Raphaëlle Delaunay souligne aussi la sexualisation particulière du corps masculin qu'il a amené à l'époque:
«C'est très étrange... Il a des mouvements très sexués mais jamais érotiques

....
De quoi créer du raffut dans la bonbonnière de sourires ultra-bright et de fuseaux en lycra des années 1980.
....

Le style chorégraphique de Michael Jackson –mélange savant de staccati nerveux et de rondeurs veloutées– échappe à tout genre labellisé. Ni «modern jazz», ni «funk» ou «hip-hop». Pour le décrire, on ne peut non plus se focaliser excessivement sur les steps (le «lean», le «airwalk» ou le «turnwalk»)... «Non, ce qu'il invente vraiment, ce qu'il apporte à la danse, c'est le "groove"», tranche Christopher Gaspar.


Merci burncool.  :)
“You build the house, I'll put on the door and paint it.” Michael, TII early June 2009

Hors ligne Lullaby

  • Blood on the Dance Floor
  • ****
  • Messages: 979
    • Voir le profil
Re : Débat sur Michael Jackson le danseur
« Réponse #3 le: 23 juin 2014, 13:39:03 »
Merci burncool....Très intéressant d'avoir des mots très justes à mettre sur les sensations qu'envoyaient MJ, le danseur...
Oui, ce serait  passionnant d'approfondir l'analyse, il y en a sûrement  à dire presque autant que sur la musique de Michael.
J'aimerais avoir le temps de faire quelques recherches. Michael Jackson me passionne autant à travers sa  danse qu'à travers son chant.

Hors ligne Lullaby

  • Blood on the Dance Floor
  • ****
  • Messages: 979
    • Voir le profil
Re : Débat sur Michael Jackson le danseur
« Réponse #4 le: 23 juin 2014, 13:59:06 »
En attendant, je vous invite à lire ce court article:


http://www.offjazz.com/jz-hist01.htm

Comme pour la musique, Michael est le maître de la "danse-fusion": Africaine/Orientale/Occidentale.
« Dernière modification: 23 juin 2014, 14:00:08 par Lullaby »

Hors ligne missjen27

  • Ultimate
  • *****
  • Messages: 2076
  • YOLO
    • Voir le profil
    • Mon Tumblr.
Re : Débat sur Michael Jackson le danseur
« Réponse #5 le: 23 juin 2014, 18:34:10 »
Il y aussi de la danse contemportaine dans le clip (oops, le short film  :ange:) de Smooth Criminal  :)
Plus précisément lorsqu'ils semblent tous en "transe", typique du contemporain  :)

"I liked Michael Jackson before he was dead ..."

Hors ligne Lullaby

  • Blood on the Dance Floor
  • ****
  • Messages: 979
    • Voir le profil
Re : Re : Débat sur Michael Jackson le danseur
« Réponse #6 le: 23 juin 2014, 21:29:04 »
Il y aussi de la danse contemportaine dans le clip (oops, le short film  :ange:) de Smooth Criminal  :)
Plus précisément lorsqu'ils semblent tous en "transe", typique du contemporain  :)

Oui, enfin "la transe" vient aussi des traditions africaines (Woodoo par exemple) et arabes(derviches tourneurs) avant d'être "simulée" dans la danse contemporaine.... Mais ça prouve bien que MJ plongeait profond dans ses racines.....

Hors ligne kikabdx

  • Blood on the Dance Floor
  • ****
  • Messages: 949
    • Voir le profil
Re : Débat sur Michael Jackson le danseur
« Réponse #7 le: 23 juin 2014, 21:30:19 »

«Le groove, en danse, c'est une certaine approche de la musicalité. Michael donne une image au son. Il invente une traduction visuelle de tous les éléments musicaux. Et c'est quasiment le seul à le faire, dans la variété. D'ailleurs, les danseuses des générations d'après type Britney (mais c'était aussi le cas de Madonna) construisent leurs chorégraphies sur des comptes. Michael construit sa danse sur des volumes qui ne sont pas pris en considération dans les comptes classiques, comme dans la musique jazz. Il plonge dans l'épaisseur du son, c'est complètement différent.»

[/font][/size]
Source : Slate.fr

Que veut-il dire par "il danse sur des volumes"?

Hors ligne Shen

  • HIStory
  • ****
  • Messages: 690
    • Voir le profil
    • Hero of Orion
Re : Débat sur Michael Jackson le danseur
« Réponse #8 le: 24 juin 2014, 05:14:49 »
La gestuelle de Michael dans les clips Blood on the dance floor, They don't care about us (Lorsqu'il danse avec Olodum et les enfants) et Black or white, montre sa diversité et sa richesse, j'attribue donc aussi a michael le talent de ''Danse/fusion'' un style indefinissable, remplie d'influences...

Hors ligne peuf64

  • Ultimate
  • *****
  • Messages: 2713
    • Voir le profil
Re : Re : Débat sur Michael Jackson le danseur
« Réponse #9 le: 24 juin 2014, 10:19:43 »
La gestuelle de Michael dans les clips Blood on the dance floor, They don't care about us (Lorsqu'il danse avec Olodum et les enfants) et Black or white, montre sa diversité et sa richesse, j'attribue donc aussi a michael le talent de ''Danse/fusion'' un style indefinissable, remplie d'influences...

C'est tout à fait ce que décrit l'article de burncool, mais il vrai que dans Black or white c'est flagrant 


Le groove donc, une sorte de cadeau des cieux dont beaucoup d'entre nous pensent être dotés, en soirée, après absorption de quelques fûts de Côte du Ventoux, mais dont Jackson reste à ce jour le maître indétrôné.


Ah merde ce n’était donc que les degrés liquide qui m'ont fait croire que!
 :happy:

Hors ligne missjen27

  • Ultimate
  • *****
  • Messages: 2076
  • YOLO
    • Voir le profil
    • Mon Tumblr.
Re : Re : Re : Débat sur Michael Jackson le danseur
« Réponse #10 le: 24 juin 2014, 14:22:09 »
Oui, enfin "la transe" vient aussi des traditions africaines (Woodoo par exemple) et arabes(derviches tourneurs) avant d'être "simulée" dans la danse contemporaine.... Mais ça prouve bien que MJ plongeait profond dans ses racines.....
Toutes les danses sont inspirées des autres, il n'y en a pas une à part mais elle sont toutes un melting-pot de toute manière.
J'ai fais 17 ans de danse, crois-moi il y en a d'autres du contemporain ;)

"I liked Michael Jackson before he was dead ..."

Hors ligne burncool

  • Essential
  • ******
  • Messages: 7914
    • Voir le profil
Re : Re : Débat sur Michael Jackson le danseur
« Réponse #11 le: 24 juin 2014, 19:38:29 »
Que veut-il dire par "il danse sur des volumes"?

ça signifie qu'il danse sur toutes les palettes du son, qu'il pénètre à l'intérieur de toutes les couches musicales, c'est tout son corps qui est alors habité par la musique, il devient la basse, le beat, le synthé, etc...Tout comme il interprète ses chansons avec des tonalités différentes et émotionnellement exceptionnelles dans sa voix, il est capable d'obtenir le même résultat à travers sa danse en vivant sa choré sans système de compte comme le font les autres danseurs et en cela c'est un modèle, on peut parler d'un don là aussi. Il a un talent d'autodidacte unique qui fascine encore aujourd'hui la jeune génération de toute façon c'est une évidence.
« Dernière modification: 24 juin 2014, 19:39:56 par burncool »

Hors ligne 2Bad

  • Essential
  • ******
  • Messages: 6815
    • Voir le profil
Re : Re : Re : Débat sur Michael Jackson le danseur
« Réponse #12 le: 24 juin 2014, 21:23:16 »
ça signifie qu'il danse sur toutes les palettes du son, qu'il pénètre à l'intérieur de toutes les couches musicales, c'est tout son corps qui est alors habité par la musique, il devient la basse, le beat, le synthé, etc...Tout comme il interprète ses chansons avec des tonalités différentes et émotionnellement exceptionnelles dans sa voix, il est capable d'obtenir le même résultat à travers sa danse en vivant sa choré sans système de compte comme le font les autres danseurs et en cela c'est un modèle, on peut parler d'un don là aussi. Il a un talent d'autodidacte unique qui fascine encore aujourd'hui la jeune génération de toute façon c'est une évidence.

J'adore Michael mais j'adore aussi tout ce que tu dis de sa danse burncool...  Comme c'est vrai.
“You build the house, I'll put on the door and paint it.” Michael, TII early June 2009

Hors ligne Yona

  • Bad
  • ***
  • Messages: 297
    • Voir le profil
Re : Débat sur Michael Jackson le danseur
« Réponse #13 le: 24 juin 2014, 22:48:35 »

Il le disait lui-même : son corps danse, interprète chaque instrument.


"You gotta know that's for all time..."

Hors ligne MaryMJ

  • Blood on the Dance Floor
  • ****
  • Messages: 913
    • Voir le profil
Re : Débat sur Michael Jackson le danseur
« Réponse #14 le: 24 juin 2014, 22:56:24 »

Dans "Dancing The Dream" il disait ceci en y mettant toujours un côté Divin :  :ange:


DANSER LE REVE (Dancing The Dream)

   
 La conscience s'exprime à travers la création. Ce monde dans lequel nous vivons est la danse du créateur. Les danseurs vivent puis disparaissent en un clin d’œil mais la danse demeure. Il m’est arrivé à de nombreuses reprises, quand je dansais, de me sentir touché par quelque chose de sacré. Dans ces moments, j’ai senti mon esprit prendre son envol et ne faire plus qu’un avec tout ce qui existait. Je suis devenu les étoiles et la lune. Je suis devenu l'amoureux et l'aimé. Je suis devenu le vainqueur et le vaincu. Je suis devenu le maître et l'esclave. Je suis devenu le chanteur et la chanson. Je suis devenu le savant et le savoir. Je continue de danser et alors, c’est la danse éternelle de la création. Le créateur et la création fusionnent dans un bonheur parfait.

 Je continue à danser et danser... et danser, jusqu'à ce qu'il ne reste plus que... la danse

Source : Elusives Shadow

Hors ligne Yona

  • Bad
  • ***
  • Messages: 297
    • Voir le profil
Re : Débat sur Michael Jackson le danseur
« Réponse #15 le: 24 juin 2014, 23:01:35 »


Amen.  :ferme:

"You gotta know that's for all time..."

Hors ligne burncool

  • Essential
  • ******
  • Messages: 7914
    • Voir le profil
Re : Débat sur Michael Jackson le danseur
« Réponse #16 le: 24 juin 2014, 23:44:14 »
Les danseurs vivent puis disparaissent en un clin d’œil mais la danse demeure

Cette phrase rappelle un peu celle du Bouddha qui explique qu'une vie humaine à l'échelle de l'Univers ne dure que le temps d'un battement cil.  8)


Hors ligne kikabdx

  • Blood on the Dance Floor
  • ****
  • Messages: 949
    • Voir le profil
Re : Débat sur Michael Jackson le danseur
« Réponse #17 le: 26 juin 2014, 13:03:16 »
Merci d eta réponse Burncool.
Ce magnifique texte de Michael sur la danse me fait penser - et me permet de mieux comprendre- la citation d'Eckhart Tolle "la vie est le danseur, et vous la danse"
Il ne s'est jamais senti plus vivant qu'en dansant, au sens où il n'était plus question de l'homme, mais l'essence de son être qui vibrait au rythme de la vie.

Hors ligne Yona

  • Bad
  • ***
  • Messages: 297
    • Voir le profil
Re : Re : Débat sur Michael Jackson le danseur
« Réponse #18 le: 26 juin 2014, 17:02:21 »

 la citation d'Eckhart Tolle "la vie est le danseur, et vous la danse"


 :penseur:

Ce ne serait pas plutôt : La vie est une Danse et vous le Danseur.  ?





"You gotta know that's for all time..."

Hors ligne Wings

  • Essential
  • ******
  • Messages: 7002
  • Of My Love ♫
    • Voir le profil
Re : Re : Débat sur Michael Jackson le danseur
« Réponse #19 le: 06 juillet 2014, 02:00:29 »
Dans "Dancing The Dream" il disait ceci en y mettant toujours un côté Divin :  :ange:


DANSER LE REVE (Dancing The Dream)

   
 La conscience s'exprime à travers la création. Ce monde dans lequel nous vivons est la danse du créateur. Les danseurs vivent puis disparaissent en un clin d’œil mais la danse demeure. Il m’est arrivé à de nombreuses reprises, quand je dansais, de me sentir touché par quelque chose de sacré. Dans ces moments, j’ai senti mon esprit prendre son envol et ne faire plus qu’un avec tout ce qui existait. Je suis devenu les étoiles et la lune. Je suis devenu l'amoureux et l'aimé. Je suis devenu le vainqueur et le vaincu. Je suis devenu le maître et l'esclave. Je suis devenu le chanteur et la chanson. Je suis devenu le savant et le savoir. Je continue de danser et alors, c’est la danse éternelle de la création. Le créateur et la création fusionnent dans un bonheur parfait.

 Je continue à danser et danser... et danser, jusqu'à ce qu'il ne reste plus que... la danse

Source : Elusives Shadow

Merci MaryMJ pour cet extrait sublime .
Michael Jackson's fanatic

Hors ligne anita92

  • Invincible
  • *****
  • Messages: 1571
    • Voir le profil
Re : Débat sur Michael Jackson le danseur
« Réponse #20 le: 06 juillet 2014, 10:43:44 »
Merci Burncool pour ce partage,

Passionnant !!!
"Le plus étonnant n'est pas de l'avoir perdu, c'est qu'il ait pu exister"